actualites

Actualités

14 novembre 2012
Système simplifié de management de la maintenance dans le tertiaire.

1.  Maintenance Préventive / Réalisation des maintenances préventives

La maintenance préventive doit permettre de garantir la sécurité de fonctionnement des installations sur le site, de diminuer le nombre d’interventions correctives et d’anticiper les pannes en détectant les signes de défaillances.

Pour tenir compte des spécificités du site, le mainteneur doit, pour garantir une maintenance de qualité, structurer son système de management de la maintenance préventive autour de trois (3) axes : la qualité de planification, la qualité de réalisation et la qualité de capitalisation.
 
QUALITE DE PLANIFICATION

La Gestion de la Planification annuelle

Lors de la phase de démarrage du contrat et en liaison avec l’interlocuteur client, le Mainteneur doit établir un planning annuel des interventions en fonction des contraintes d’exploitation du site (programmes des événements, horaires habituels d’occupation, etc.). Le plan de maintenance sera révisé annuellement pour tenir compte du retour d’expérience et des évolutions éventuelles de périmètre (suppression ou installation d’un équipement, modification de l’usage et de l’occupation d’un local, etc.). A cette fin, le mainteneur utilisera la méthode du RBM (Risk Based Maintenance ou Maintenance Basée sur la Fiabilité).

 
QUALITE DE REALISATION

La préparation et la réalisation

Afin de garantir le parfait déroulement des interventions de maintenance préventive, le mainteneur effectue, en amont, les actions suivantes :

  • Absence d’interactions avec une autre intervention, une autre entreprise,
  • Validation de la durée prévisionnelle d’intervention,
  • Définition des pièces de rechange nécessaires,
  • Vérification de la disponibilité des pièces, commandes éventuelles.

Préparation de la documentation remise aux intervenants (Documentation technique, gammes opératoires, procédures spéciales, fiche sécurité, fiches outils, check list de repli d’intervention). 

A minima, le mainteneur fait hebdomadairement le point des interventions de maintenances préventives  sur la GMAO. Ponctuellement et de manière aléatoire, un audit est réalisé sur le travail effectué (respect des consignes de sécurité, des gammes de maintenance, état des locaux après intervention, communication des informations…).


QUALITE DE CAPITALISATION

La Gestion de la clôture des interventions

Les interventions terminées sont systématiquement visées par le responsable de l’entité de maintenance et font l’objet d’un compte rendu détaillé dans la GMAO : observations, points de vigilance, difficultés éventuellement rencontrées. Selon la criticité de l’équipement, le responsable de l’entité de maintenance en profitera pour faire un bilan du fonctionnement de l’équipement, une analyse de l’historique des dysfonctionnements, des pannes et surtout contrôler le ratio correctif/préventif.

 
2. Maintenance corrective / Respect des délais et qualité des dépannages

Pour avoir une maintenance de qualité, le nombre d’interventions de maintenance corrective doit être contenu dans un volume raisonnable. Pour y arriver le mainteneur doit structurer son système de management de la maintenance corrective autour de deux (2) axes :

 
QUALITE DE REACTION ET DE REALISATION

Les Procédures particulières aux interventions d’urgence

En cas de panne mettant en péril la continuité de l’activité et la sécurité des biens et des personnes, l’intervention doit être déclenchée dans les plus brefs délais. Se basant sur la procédure de déclenchement mise en place lors du démarrage du contrat, le mainteneur alerte systématiquement le client et analyse la situation avec le technicien chargé de l’opération la situation afin d’évaluer la nécessité d’une escalade pour des raisons de technicité ou de ressources.

Une fois l’intervention effectuée, le mainteneur procède systématiquement à un essai de redémarrage et s’assure du retour à la normale. Le personnel d’intervention n’est libéré qu’une fois le retour à la normale constaté et en concertation avec le client.

Outre cette procédure générale, des outils d’aide devront être utilisés lors des interventions correctives. Deux outils clés peuvent être noté :

  • Les Fiches « Reflexes »

Le technicien aura à sa disposition un ensemble de fiches « Reflexes » mis au point par le service méthode de l’entité de maintenance et lui permettant d’encadrer son intervention urgente ou non. Ces fiches « Reflexes » correspondent à des problèmes courants identifiés et préconisant les solutions à mettre en œuvre.

  • L’accès aux hotlines techniques des constructeurs.

Ces hotlines sont accessibles grâce aux contrats que le mainteneur doit mettre en place avec les constructeurs. Elles peuvent jouer le rôle d’escalade ultime ou de support lors d’un cas infime d’interventions.

 
QUALITE DE CAPITALISATION

Traçabilité et transparence

La traçabilité fait partie de la qualité, toutes les interventions correctives, qu’elles émanent d’une demande client via une hotline, d’une demande directe d’un occupant auprès d’un technicien ou d’une constatation d’un technicien feront l’objet d’un ordre de travail (OT) dans la GMAO. Grâce à cette historisation et cette traçabilité totale, le mainteneur garantit à son client une vision d’ensemble de l’activité de maintenance, de l’état réel de son patrimoine et une évaluation en temps réel de la performance de la maintenance et un historique pour analyser les données et progresser.

Clôture des OT

Les interventions terminées sont visées par le responsable de l’entité de maintenance et font l’objet d’un compte rendu détaillé dans la GMAO : observations, points de vigilance, difficultés éventuellement rencontrées. Chaque panne est par ailleurs analysée et fait l’objet de comptes rendus d’incidents, compilés dans un recueil d’incidents. A partir de l’historique des pannes, des réponses doivent être apportées aux points suivants :

  • L’origine de chaque panne a-t-elle été identifiée ?
  • L’élément ou le système défectueux a-t-il été identifié ?
  • Les conditions sont-elles réunies pour que la panne ne se reproduise plus ?
  • Le site en maintenance préventive présente-t-il un environnement favorable à l’une quelconque de ces pannes majeures ?
  • Les contrôles élémentaires qui auraient permis d’éviter chaque type de panne ont-ils été effectués ?

Un OT n’est clôturé que lorsqu’il y a un retour à la normale du fonctionnement de l’installation. Partagées avec les interlocuteurs concernés, ces analyses donneront lieu à des plans d’actions (enrichissement des gammes de maintenance préventive, campagne de mise à niveau de certains équipements, etc.) qui permettront de faire progresser la fiabilité des installations.

Un bilan des interventions correctives et de leur analyse est effectué chaque année et transmis aux interlocuteurs concernés. Il est complété par les évolutions de fonctionnement envisagées pour faire progresser nos objectifs globaux.